( 29 mai, 2009 )

Premier pas sur le chemin des incas

dibujo.jpgdsc00473.jpgdsc00477.jpgdsc00482.jpgdsc00509.jpgdsc00485.jpgdsc00506.jpgdsc00527.jpgdsc00528.jpgdsc00537.jpgdsc00540.jpgdsc00541.jpgdsc00546.jpgdsc00553.jpgdsc00556.jpgdsc00558.jpgdsc00593.jpgdsc00597.jpgdsc00601.jpgdsc00609.jpgdsc00615.jpgdsc00624.jpgdsc00635.jpgdsc00639.jpgdsc00641.jpgdsc00649.jpgdsc00657.jpgdsc00566.jpgdsc00591.jpgdsc006581.jpgdsc006611.jpgdsc006761.jpgdsc006801.jpgdsc007101.jpgdsc007131.jpgdsc007181.jpgdsc007231.jpgdsc007261.jpgdsc007281.jpgmachechouxpitchhoux2.jpg  

    Cela fait 15 jours que nous sommes arrivés au pérou et le contraste entre ce pays et la bolivie est tres surprenant. Lors de notre arrivé a Arequipa, ville du sud du pérou, nous avons été surpris par le niveau de vie des peruvien plus elevé, de toutes les infrastructures développées essentiellement pour le tourisme. On sent que ce pays est plus avancé et a su profité d ‘un essort touristique plus important que son voisin. Ceci dit, nous voyageons toujours en bus vu que le train n existe que tres peu, nous continuons a manger dans les mercados centrales( immense marché couvert ) ou nous pouvons manger du cuy, plat typique du perou a base de cochon d’inde.

   Apres notre bref sejour a Arequipa, ou nous avons profité de la beauté de la plaza de armas, de la chaleur de ses fiestas, et d’un nouveau tatouage pour Hugo; nous sommes revenus au lac titicaca pour cette fois visiter les iles peruviennes. Levés a 6h du matin, un bateau chargé de touriste nous attendait au port de Puno. Le programme fut le suivant; visite des islas flotantes, faites totalement de roseau ainsi que le sol, durant une heure, pour notre part les habitants de l’ ile surjouaient et on doit le dire a part le coté éducatif , nous nous sommes carrément fait chier. Ensuite l’embarcation se dirigeait pour l’isla taquile, ou nous avions prévu de rester une nuit sur place.

   Nous avons decidé de s’ecarter du groupe de touriste et de rechercher tout de suite une chambre chez l’habitant, car il n’y a pas d’hotel sur l’ile, pour poser nos sacs de voyage. Aussitot dit, aussitot fait, nous partions ensuite faire le tour de l’ile et se prendre une claque de trois heures vue la beauté du site et du paysage alentour. La soirée se termina a partager le diner avec toute la famille, dans ce qu’on peut appeller leur cuisine et piece a coucher.

   Le lendemain, nous avions rendez-vous avec notre bateau de retour. Apres quelques heures d’attente sur le port, il n’est jamais venu, qu’a cela ne tienne, nous avons sympathisé avec un capitaine d’un bateau qui voulait bien nous aider a revenir sur Puno. Malheureusement, ce bateau accompagnait un groupe de touriste et de leur guide qui n’ a pas voulu nous laisser monté a bord ( cabron!!!! ). nous avons dus nous retaper les escaliers pour remonter au village avec nos sacs de 20 kilogs durant 1h 30. Nous nous sommes détendus lorsque nous avons croisés la route de deux petits gamins adorables, edgar et sa soeur Kintina. Leur pere, tenant des chambres d’hote, nous avons passés la soirée a jouer avec eux. Nous avons quand meme pu partir et avons sympathisés sur le bateau avec Aurore une francaise, qui nous a bien fait marrer avec son récit de voyage parsemé de galere.

   Le soir, nous avons pris un bus pour Cuzco, l’ancienne cité imperiale des incas. Aurore , nous a rejoint le lendemain avec un autre bus, et cela fait une semaine que nous partageons une chambre dans le centre de la ville, dans un hotel qui est plus une discotheque qu’un veritable endroit pour dormir.

   Vous trouverez un petit rhébus assez facile quand meme, de ce qu’ on va visiter tres prochainement et le premier qui nous balance la reponse sur le blog gagne un bonnet peruvien. petit jeu pour le fun.

   Un speciale dedicace a nos mamans pour la fete des meres. bisous

 

 

 

( 26 mai, 2009 )

Peruano, clandestino, argentino, clandestino, hugo, clandestino, guillermo, clandestino, marijuana, illegal

dsc00443.jpgdsc00442.jpgdsc00404.jpgdsc00369.jpgdsc00344.jpgdsc00324.jpgdsc00314.jpgdsc00296.jpgdsc00289.jpgdsc00285.jpgdsc00199.jpgdsc00274.jpgdsc00024.jpgdsc00028.jpgdsc00080.jpgdsc00111.jpgdsc00122.jpgdsc00129.jpgdsc00144.jpgdsc00156.jpgdsc00162.jpgdsc00167.jpgdsc00178.jpgdsc00179.jpgdsc00183.jpgdsc00186.jpgdsc00196.jpgdsc00212.jpgdsc00235.jpgdsc00245.jpgdsc00256.jpgdsc00258.jpgdsc00265.jpgdsc00090.jpgn10414381824619708469561.jpgn104143818246196842154271.jpgn104143818246192758655491.jpgn104143818246192683558201.jpgimagen007.jpgimagen006.jpgimagen005.jpgimagen004.jpgimagen003.jpgimagen1.jpgimagen001.jpg4518116080037424310548183965134413752701n1.jpg4518116080033424210548183965134407580563n1.jpg  

 Nous partons de sucre donc le lundi suivant notre despedida, qui fut deux jours de fete memorables avec tous nos potes.  Apres avoir pris un bus pour Potosi, nous rejoignons Uyuni tard dans la nuit, avec nos deux amis de pampelune, dabid et maitane suivi de leur petit chien, llantu (ombre en quechua).

   Notre but, evidemment, est de parcourir le fameux salar d’ Uyuni sur trois jours, en Jeep, avec une agence. Ce salar est avant tout reputé pour son désert de sel, ou l on peut se tester a jouer avec les perspectives comme vous pouvez les voir sur les photos. Le tour sera suivi de paysages hors du commun, tel la laguna colorado et ses flamands roses, les geysers, les eaux chaudes ou l on se baigne lors du lever de soleil. C’est un endroit bien sur tres touristiques, ou l’on aimerait bien etre seul au monde, mais il est tellement connu qu’ il ya une caravane de jeep logé de dizaine de touristes. Nous quitterons nos potes a la frontiere chilienne et nous retournerons seulement accompagné de llantu jusqu’ a notre point de départ ou nous attendais un bus pour sucre.

  Ya pues!!!! (ben oui) nous revenons a sucre pour notre plus grand bonheur une derniere fois pour profiter d une soirée électro organisé par des boliviens dans leur maisons. Et pour passer aussi une derniere soirée avec nos potes francaises d ayni et de serpi, chacha, charlotte a lunette, marion, assia, cecile et ses salteñas (malheureusement pour elle des allemands aussi) puis sophie, ainsi que des potes boliviens notamment jaimito. Cette teuf durera plus ou moins deux jours et se finira en boite avec severin, un pote francais rencontrer la-bas.

  Nous partons , cette fois-ci pour de bon , de sucre, avec plein de regret comme d’habitude, pour la capitale du perou, la paz. Le groupe continue son road trip, réduit d une personne, car drico repart une nouvelle fois en argentine poursuivre de son coté ses aventures. Nous resterons que deux jours a la paz, capitale la plus élevé au monde, avant de rejoindre un petit coin de paradis s´appelant coroico. Il se trouve dans les Yungas, qui est plus ou moins la frontiere naturelle entre l’amazonie et la cordillere des andes. Nous en profitons pour nous mettre au vert, se reposer, et bien sur, comme tout breton qui se respecte, suivre en direct cette finale historique de la copa de francia. Un duel entre nous deux puisque hugo etait pour l’EAG et guigui pour le stade. Apres un acharnement pour pouvoir trouver la retransmission de france 2, nous nous sommes résignés a l’ecouter sur Europe 1 mais de mauvaise qualité. Exités, veneres, fous de suivre ce match qu’ a moitié, nous avons finis par réserver tous les ordis du cybercafé pour avoir une du debit et une bonne connexion. C’est ce qu’ on appelle faire son gringo dans toute sa splendeur mais c etait pour la bonne cause et c’est du gringo qui sait ce qui veut.

   Notre visa bolivien se terminant bientot, nous profitons de passer la frontiere avec le perou, pour s arreter sur notre chemin a tihuanacu, site archeologique datant du 12 eme siecle, mais ne faisant pas partie du peuple inca, mais de la civilisation portant le meme nom. Nous decouvrons pour la premiere fois des ruines, des totems, la porte du soleil et de la lune, tout cela construit dans d’ enormes blocs de pierre. Ce jour la , une mini tornade et un orage s’ abattit tres pres de nous comme si les esprits du lieu s ‘etaient reveillés et nous faisaient part de leur présence. Nous rejoignions la frontiere en stop et regagnions un autre poste frontiere tout en longeant la rive sud et ouest du lac titicaca. Apres deux heures de bus peruvien, donc , nous traversions de nouveau la frontiere avec la bolivie. Malheureusement, l immigration etait fermé et nous decidions de partir tout de meme a Copacabana, un des ports du lac, sans avoir obtenu notre tampon d’entrée, c’est a dire en toute illegalité. Inch’allah ca passe.

   Deux jours plus tard, nous prenions un bateau pour la isla del sol. Arrivé sur l’ile, nous grimpons l’ascencion fatale de l’escalier de l’inca et passerons quelques jours accompagnés d’ un lyonnais, cedric, perché en haut de l’ile , dans un hotel avec une vue imprenable sur le lac et la cordillera real. Cette ile est tres appreciée pour se ballader et decouvrir le paysage, c’est ce que nous ferons en visitant le temple de l’incacocaina.

  Notre roadtrip en Bolivie s’ achevera par une belle amende de 280 bolos soit 30 euros au poste de frontiere et quelques complications. Heureusement, cela ne pris que quelques heures, et nous rentrons au perou pour notre dernier mois de voyage.

 

 

  

 

 

 

( 23 avril, 2009 )

Nous quittons Sucre avec un gout amer

Voici deja un mois que nous nous sommes sedentarises ici a Sucre pour travailler aupres d´enfants des rues.Le temps est passer super vite et notre mission touche a sa fin. Durant ce mois et demi nous avons put connaitre mieux la culure bolivienne car plonger  au sein d’un centre et de ces autoctones. Nous avons aussi appris les liens qui se tissent entre expatriers car nous avons recontrer des volontaires avec qui nous passons pas mal de temps.

En ce qui concerne le travail, nous leurs avons construit des tables d’echecs pour qu’ils puissent les trimballer jusq’au parc central et organiser des petits tournois. Nous avons toujours notre atelier de construction de caisses de lustreurs qui nous fatigue pas mal (enseigner n’est pas si facile, mais tres enrichissant). Le week end sont organiser pas mal de ballades avec les enfants, tout le monde est charge dans des camions pour une destination a chaque fois differente.

Tous les mercredi nous avons rendez vous avec les francaises, volontaires a Ayni (bibliotheque), a l’ Alliance francaise (centre culturel) ou est projete un film. Apres celui ci les verres de vin s’enchainent sur des airs d’ Edith Piaf et de Brel. C’est notre journee « so Frenchy ».

Pour Paques nous sommes partis avec quelques educateurs boliviens dans un village perdu dans les montagnes. Pas d’electricite et ou une fete bien etrange de culture Quechua etait organisee. Reveille a 5 h du mat par des chants Quechua, nous nous  retrouvons ds une chappelle a ecouter des incantations, ensuite petit dejeuner au cafe et alcool a 90 degre, puis course a pied nus et depart donnes a coup de dynamite, et la suite se transforme en une grosse buverie infernal a coup de chicha (alcool de mais fermente) et  d’ alcool a 90,impossible de refuser, ils prendraient cela comme une offance. Autant vous dire qu’ on a pris une sacre cuite avec ces campagnards boliviens.Et la « pacha mama »(rite qui consiste, avant de boire, de verser quelques gouttes de son verre d’alcool par terre , offrande a la terre mere) a bien ete respecte, elle a due aussi se reveiller avec une sacree pateuse. Bien content tout de meme d’avoir vecu sa, mais la vie dans ces campagnes est rudes dormir dans une espece d’ etable n’est pas de tt repos.

Nous quittons Sucre Lundi, nous organisons une despedida (fete de depart) samedi, avant de prendre route avec nos amis et voisins Dabid et Maitene, vers Uyuni afin de visiter le desert de sel, les volcans et les lagunes qui st present ds cette regions.

07abrcm091.jpg07abrcm209.jpgdsc04238.jpgdsc04383.jpgdsc04385.jpgdsc04424.jpgdsc04431.jpgdsc04442.jpgdsc04450.jpgdsc04452.jpgdsc04454.jpgdsc04459.jpgdsc04492.jpgdsc04494.jpgdsc04504.jpgdsc04512.jpgdsc04513.jpgdsc04515.jpgdsc04516.jpgdsc04532.jpgdsc04536.jpgdsc04583.jpgdsc04586.jpgdsc04601.jpgdsc04606.jpgdsc04712.jpgdsc04730.jpgdsc04732.jpgdsc04738.jpgimg0400.jpgimg2124.jpgimg2192.jpgimg2205.jpgimg2233.jpgimg2237.jpgimg2241.jpgimg2267.jpgimg2273.jpgimg2323.jpgimg2325.jpg

07abrcm091.jpgdsc04255.jpgdsc04284.jpgdsc04299.jpgdsc04308.jpgdsc04323.jpg

Nous nous sommes tous les 3 fait tatoue « ce voyage restera grave a jamais »…………… 

( 26 mars, 2009 )

Le monde de Ñanta

dibujo.jpg          Nous avions quitte Soa Paulo a 17h30 pour arriver a Corumba ds le pantanal a la frontiere Bolivienne vers 14h30, le lendemain. Nous passons les douanes avec enchantement, les gens y sont tout de suite tres adorables. La joie de vivre caracteristique des pays pauvres. Nous prenons un taxi pour nous rendre a la gare ferroviere. Ici comme en France nous roulons a droite , mais ici les taxis sont des voitures anglaises (pas facile de doubler dans ces cas la) pas de souci il demonte le volant et son arbre de direction et inverses le tous, les pedales aussi bien sur. Systeme D.Bref nous prenons enfin un train qui nous menera jusqu’a Santa Cruz, ou l’on espere trouver un bus rapidement, la dengue sevit ici depuis quelques jours, et si on peut l’eviter…

Le trajet en train durera plus de 15h, il n’est pas bien rapide le bougre! Arrive a 8h notre prochain bus est a 17h en attendant on s’asperge d’anti moustique.

17h nous voici parti, le voyage promet d’etre folklo. C’est un bus de 52 places et on y est plus de 60. 18 heures a faire comme ca. Nous laisserons donc 2 femmes s’assoir a nos places et dormirons par terre ou serons assis au dessus des sieges n’ayant meme plus de places par terre. Enfin un peu de vrai road trip. La ville ou nous nous rendons est a 3000 m d’altitude et est classee au patrimoine mondial de l’ UNESCO. Sucre est considerer par ses habitants comme la deuxieme capital du pays.

Nous arrivons enfin, le dos completement casse et extrement fatigue. Notre 1ere marche dans les rue de cette ville nous fera y tomber tout de suite amoureux. Nous rejoignons notre hotel, trouve precedemment, pour une sieste bien meritee; il est 15h. C’est Samedi et tout naturellement nous nous rendons dans quelques bars; les cocktails y sont a environ 1euro 50. Que du bon la Bolivie la vie ne coute rien, on peut y manger pour 0.70 d’euro sans probleme et assez copieusement. Tt cela se termine en boite. C’est ici que Hug rencontre une francaise qui lui donnera l’ adresse d’un centre pour enfants des rues qui recherche du monde. La chance nous souris enfin.

Des le lundi matin nous nous rendons a ce fameux centre, nous y discutons avec les educateurs. Ils sont ravi de nous accueillir, ils ont besoin de menuisier. Mardi 10h nous voici entoures d’enfants, ce centre est tres vivant. Nous devons tout d’abord leur confectionner des caisses afin qu’ils rangent leur materiel de peinture pour l’atelier creations. Cedric est en charge de les peindre. Nous avons des budgets tres serres il faut faire attention au moindre centimes. Nous travaillons avec Jaime un Bolivien qui des nos sortis, pour acheter du bois par exemple, nous fait vister la ville et ses astuces.

Une semaine s’est ecoulee et nous nous sentons de plus en plus comme chez nous.Nous sommes 7 bretons en tous ici c’est hallucinant. Apres une reunion d’autre projets se mettent en place, notemment un ateliers de fabrication de caisses pour les lustreurs de chaussures. Tous les gamins voyant des menuisiers se sont precipiter vers nous pour nous en reclammer, c’est tres important pour eux leur petites boites. Nous allons donc les aider a les confectionner. Nous allons aussi animer un atelier peinture et un atelier de fabrication d’instrument de musique avec de la recup’. A nos heures perdues nous les aidons dans leurs devoirs ce qui nous permet d’ enrichir notre espagnol.

Il est bon de se sentir utile dans un centre comme celui la. La complicite avec les gosses est de plus en plus grande.Nous avons nos chouchous nos petites terreur qui viennent nous emmerdes des qu’ils le peuvent. Ce sont tous des enfants scolarises c’est la condition pour y rentrer. Ce sont aussi des enfants qui tavail dans la rue a des heures tres tardives, et ont generalemnent un passe tres lourd.(nous nous plaignons pas en France…. vraiment!!!). Le depart risque d’etre difficile pour nous autres. Mais pour l’instant on y pense pas, nous nous plongeons dans nos projets 6 jours par semaine aux ryhtmes de 7h par jours. Quand bien sur les educateurs ne se bourrent pas la gueule et sont present pour nous filer les clefs de l’ateliers. C’est un centre gere par des amis et les boliviens aiment bien faire la fete pour quoi que se soit. De plus une educatrice, Linda, tiens un bar en ville ou tous Ñanta se rend souvent.

Nous avons trouve un apart’ pour 150 euros par mois assez confortable ou nous y invitons quelques amis. Nous nous rendons au marche le matin a fin de prendre un jus d’orange naturel et manger. Nous reprenons notre vie de sedentaires et c’est plutot agreable de le faire dans cette belle ville avec ce fabuleux travail. Nous allons tente de vous faire suivre nos differents projets ainsi que nos ressentis qui en ce moment sont tres forts…

 

voici l’adresse du centre: http://www.centro-nanta.org/

dsc03876.jpgdsc03889.jpgdsc03898.jpgdsc03900.jpgdsc03907.jpgdsc03925.jpgdsc03927.jpgdsc03937.jpgdsc03957.jpgdsc03977.jpgdsc03979.jpgdsc03985.jpgdsc04120.jpgdsc04122.jpgdsc04123.jpgdsc04127.jpgdsc04128.jpgdsc04171.jpgdsc04141.jpgdsc04166.jpgdsc04174.jpgdsc04180.jpg

 

 

 

( 26 mars, 2009 )

trashou brasiou

dsc03705.jpg dsc02965.jpgdsc03613.jpgdsc02968.jpgdsc02912.jpgdsc03728.jpgdsc03019.jpgdsc03003.jpgdsc03754.jpgdsc03737.jpgdsc03040.jpg

Nous nous rendons a Sao paulo pour recuperer nos de carte de credit au consulat de France. En meme temps, nous esperons profiter de l ambiance qui y regne ici en cette fin de fevrier, a savoir bien sur le carnaval. Malheureusement, nous arrivons un jour trop tard, et ni une ni deux sans avoir nos cartes nous partons pour celui de rio de janeiro. Comment etre au bresil et surtout a rio et de ne pas profiter de cette fete. Encore une fois, le timing ne jouait pas en notre faveur, le carnaval finissait deux jours apres notre arriver et nous aurons juste des bribes lorsque nous sortirons dans le quartier de lapa, reputer tres caliente surtout le week end.

Cependant cette ville de rio est magnifique avec ses plages: Copacabana, Ipanema ; ou nous avons profiter du soleil, du sable fin et de la generositer des bresiliennes. on se rendra bien sur devant le Christ redempteur qui domine toute la ville, le pain de sucre, les favelas , en fait toute la citer de dieu. Ce fut un moment memorable d autant plus que nous ferons l ascencion de la colline en mototaxi en toute illegaliter.Quel bonheur de sentir le vent nous fouetter le visage.

Nous rencontrerons 2 francais, messaline et gerald, fervent connaisseur de ce pays. Ils nous inviterons a decouvrir un peu plus la cote, et une petite bourgade du nom de trinidad. Apres plusieurs heures de bus, nous debarquons dans ce petit coin de paradis a l aube afin d observer le lever du soleil et de se baigner dans cette eau si chaude. On a cette impression de vivre au a l epoque des pirates, et qu a tout instant peut surgir le black pearl ou surcouf. Que dire de plus a part que ca envoie de la buchette!! mon petit jack!!!! C est ici que nous ferons la connaissance de Vincent, un bordelais, qui a l abord d un sentier , nous suivra pour une petite ascencion menant a une cascade. L eau y est fraiche, ce qui nous fait un bien fou vu le climat tropical. Dans ce petit paradis terrestre, nous decouvrirons un toboggan naturel a meme la roche qui nous vaudra quelques fou rire, et un endroit encore plus etrange une caviter sous la roche ou s y engouffrer peut s apparenter a une mort certaine.

Apres ce voyage au pays des pirates, nous ferons une soiree a Paraty, ancienne colonie portugaise qui a garder son charme d autrefois, accompagner toujours de vincente, avant de retourner a Sao paulo. Nous nous installerons dans la pousadas de los franceses qui a force d attendre nos putain de carte bleue deviendra notre squatt. Par pur bonheur et par pur hasard, dans cette megalopole de 20 million d habitant, vincent nous rejoindra et nous partagerons encore avec lui quelque bon moment. notamment, il nous fera decouvrir la MPB ( musique bresilienne populaire) dans un magnifique endroit ou passe des artistes locaux. Amelie sera aussi de la parti jusqu au bout de la nuit avant qu elle ne reclame sa casserole. (mdr). Jusque la nous avions pas pris la peine de visiter Sao paulo, et lors d un marcher artisanal, quel chance fut la notre, comme dit la jeune mariee, d assister a une demo de capoeira.

Alleluja!!!!! premierement la carte de guigui arrivera au consulat suivi de peu par celle de Hugo. Enfin la delivrance, nous pouvons quitter le bresil et c est la porte de la bolivie qui s ouvre pour nous tous. Nous nous separons a regret, fancho partira en solo poursuivre ses tribulations car la fin de son periple se raccourcie. De notre coter, le trio s apprete a un long trajet, fait de bus, et pour la premiere fois de train, en tout 50 h jusqu a notre prochaine destination.

 

( 26 février, 2009 )

Iguazu:chuuuut…ca se passe de commentaire!!!

dsc03531.jpgdsc03532.jpgdsc03377.jpgdsc03386.jpgdsc03391.jpg dsc03426.jpgdsc03392.jpgdsc03433.jpgdsc03441.jpgdsc03444.jpgdsc03474.jpgdsc03497.jpgdsc03507.jpgdsc03520.jpg dsc03510.jpg

 

http://www.dailymotion.com/search/iguazu%252Blatinos/video/x8h085_iguazu_travel
http://www.dailymotion.com/search/iguazu%252Blatinos/video/x8h01i_iguazu_travel
http://www.dailymotion.com/search/iguazu%252Blatinos/video/x8gzwv_iguazu_travel
http://www.dailymotion.com/search/iguazu%252Blatinos/video/x8gzrq_iguazu_travel

Iguazu et ses chutes d’eau mythiques,enfin un contentement a notre calvaire paperasse mene de front depuis maintenant presque une semaine…Fucking,s’que ca fait du bien!!!      C’est a ces moments la ,au pied des forces de la nature,qu’on se souvient pourquoi avoir quitte ce foutu confort securitaire qu’on entretient tous une fois sedentarise.

En effet,face a ces montagnes d’eau vertigineuses,on se sent comme minuscule…On s’apercoit finalement n’etre rien a cote des immensites que renferme cette terre !!!Sur des kilometres de corniche et entre les ilots d’une vegetation verdoyante,des litres et des litres d’eau affluent et s’engagent dans des deferlantes de plus de 70 metres.Le grondement des cascades qui fracassent la roche en avale est assourdissant;le paysage, de touts les points de vue,est grandiose!!!Malgres le nombre de touristes qui vont et viennent sur ces rives,le spectacle reste a la hauteur de nos attentes.Le site est si enorme qu’on aura pas tout a fait le temps d’en faire la visite integrale,mais le plus gros,le principal, est bien la!!waaaahhh!!!

Au retour nous recroisons une fois de plus Vero la belge rencontree a Calafate(2000 bornes de la),drole comme le chemin des grands esprits se croisent et se recroisent et de ce point de vue,comme ce monde est petit..finalement!Elle est accompagnee cette fois de Marie la toulousaine et Thierry alias le’Che ri’.Au soir,nous dressons une table d’enfer et partageons un bon assado avec une bonne dizaine de residants a l’auberge.La soiree se poursuivra sur le dance floor du Cubalibre,entoures de bombes latines au dehanchement extraterrestre sur une music dance bien naz…

Le lendemain repos puis watterpollo avec deux argentines bien cool dans une piscine a 25 degres,suivra une tite bouffe au centre avec 2 espagnoles avant de quitter de nouveau ce beau pays pour un autre plus au nord…3eme tampon visa:bienvenue au brazil!!!

Ici on parle portugaich’,on comprend que dal…si, que la vie coute presque deux fois plus chere et que 1 euro egale 2,3 reals.Nous sommes donc arrive a Sao Paulo en attente des carte visa qui,nous venons de l’apprendre ,n’arriverons que d’ici une semaine….A suivre….

 

( 23 février, 2009 )

On the bus again

dsc03291.jpgdsc03286.jpgdsc02874.jpgdsc03289.jpgdibujo.jpgUne semaine et demie est passer depuis que nous sommes revenu en argentine, les trajets de bus ont ete tres longs. Le premier s est fait entre santiago et mendoza, en traversant la cordillere des andes, sous une nuit de pleine lune. Reveillers a deux heures du matin, nous avons passer la frontiere dans un no man’s land, dans un checkpoint se situant a plus de 3000 m d ‘altitude.

Arriver a Mendoza, nous avons passer quelques jours de repos avant d ‘etre obliger de retourner a Buenos Aires, car Hugo a egarer sa sacoche contenant passeport et carte de credit. De ce fait, nous louperons le nord de l ‘argentine pour se depecher de refaire toute la paperasse necessaire au consulat francais de la capitale.

nous passerons 4 jours a San Telmo, quartier populaire et tranquille, ou nous decidons de revoir ledi et laura, les deux colombiennes qui etaient elles aussi en vacance a el bolson. nous irons chez elle pour faire une krampouz partie a l’argentine (crepes pour les incultes). Autre programme de notre sejour, un match de coupe des clubs d’amerique du sud opposant la fameuse equipe de boca juniors contre cuenca (equateur) : 1h30 de pure folie a la bombonera sur les rythmes endiables de samba des aficionados. Notre equipe gagnera sur le score de 1-0.

http://www.dailymotion.com/search/la%252Bboca%252Bjunior%252Blatinos/video/x8gzbk_la-boca-junior_travel

Deux jours plus tard, hugo recuperera son passeport provisoire, sesame necessaire pour poursuivre notre voyage, direction la frontiere bresilienne. Apres 20h de bus et 1300 km plus au nord, nous arrivons a puerto iguazu ou nous attendent les chutes remarquables d’Iguazu.

( 11 février, 2009 )

Il est impossible de rentrer au chilie con carne

dsc03182.jpgdsc02864.jpgimagen272.jpgimagen267.jpgimagen264.jpgimagen226.jpgimagen212.jpgimagen2091.jpgimagen207.jpgimagen197.jpgimagen194.jpgimagen312.jpg     Nous decidons de prendre un bus et pour se  rapprocher de la frontiere et on s installe a Villa Da Angostura pour la nuit, dans une maison familliale un peu glauque et le tout sous la pluie.

Des les lendemain nous voici au bord de la route toujours le pouce tendu. Hugo se fait prendre rapidement par un local qui l´emmene a 15 min de la frontiere. Ensuite c est un pick up ou il se retrouve accompagne par 2 chiliens eux aussi autostoppeurs, filant sous un froid glacial vers la frontiere. Osorno est a 1h30 « c tres long » dira t il.

Pour les autres, se sera un couple chiliens roulant eux aussi dans un pick up qui nous prendrons du point de depart jusqu a eux aussi Osorno. Cest ici que chacun prend un bus en direction de la cote chilienne au bord du Pacifique, lieu de rendez vous……Valdivia

Nous nous retrouvons comme prevu a la gare routiere, bien decide a se trouver un camping les pieds dans l eau. Eduardo nous accueil dans son camping -2 etoiles qui est en fait ni plus ni moins que son jardin. Au programme 3 jours de farniente, baignade et degustation de poissons achetes a la criee.

Direction ensuite Conception a mi chemin de la capitale soit 500 km. Meme programme camping et glande dans un petit bled a environ 30 bornes de Conception ( qui reste une grande ville). Le sejour se finira encore une fois au commissariat, mais pas pour les meme raison. Et oui Cedric s est fait voler son sac de voyage pendant la nuit. La, la declaration de vol se transforme en grand n importe quoi; les flics nous paie un verre de vin et balance conneries sur conneries (pendant ce voyage on vit ts les extremes).on decollera de ce poste de police 3 h plus tard.

Pendant la nuit qui suit nous parcourons les 500 km qui nous separe de la capitale en bus. Qui est pour nous juste une etape afin de se rendre assez rapidement a Mendoza en Argentine. Nous trouvons quand meme l occasion de visiter Santiago qui est une belle ville.

 

( 11 février, 2009 )

mountainbike session

imagen178.jpgimagen179.jpgApres une bonne soiree passee la vieille autour d un barbecue, nous partons  le lendemain matin pour le mont cerro catedral afin d y trouver un peu d action. Au pied des pistes de cette station hivernale, nous louons des vtt et embarquons dans les telecabines. Bariloche vu d en haut, de la balounette¡¡¡

 Enfin, nous nous engageons sur la piste bleue qui nous est reservee et qui est deja assez technique pour des apprentis mountainbikers. A la deuxieme descente, nous prenons confiance et nous commencons a prendre des risques limite inconscient a des moments. On devale la montagne a toute vitesse, ca double a droite, puis a gauche, les mains serrees sur les guidons subissant les chocs des pierres et des nids de galinas (poules) que l on tente d anticiper.

En tout, nous avons eu l occasion de descendre 4 fois  la piste, de se prendre tous de belles pelles ( n est ce pas Fancho), de finir maquilles de poussiere, le cul rempli de chardon et les mollets bien egratigne. Nous finissons la journee en bas des pistes autour de quelques bieres bien merites avec deux kayakistes francais qui nous ramenerons au bercail avec leur ZX automatique achete au chilie.

( 2 février, 2009 )

Bolsòn Prison

dscf07541.jpgdscf07621.jpgdscf07511.jpgdscf07501.jpgdscf0749.jpgdscf0745.jpgdscf0733.jpgdscf0730.jpg    Arrive a El Bolson vers midi, nous nous hatons de trouver un camping afin de se doucher et de poser notre campement. El Bolson c’est une petite bourgade peuplee de babacool de tte l’amerique du sud.

  Le soir a la sortie d’un bar, on ne sait pour quelle raison, le videur frappe assez violemment cedric et guillaume au visage. Fanch et Hugo, alerter par les gueules ensanglantees de leurs comperes chargent les videurs C’est a ce moment que la police arrives par hasard et voyant de l’agitation ne trouvent rien de mieux a faire que t’embarques les touristes present, c’est a dire nous.Nous serons donc conduit au commissariat, fouilles, brutalises par cette police qui a decider de jouer avec nous.Ensuite nous serons jeter ds une cellule maculer de merde et de pisse.Que du bonheur!!!!!…..Cest apres 9h d’attente de grande nervosite que l’on sera emmener aupres d’un juge qui nous rendra la liberte.Avec l’interdiction de rester dans ce village dit  » le plus roots d’amerique du sud »

  Bref des le lendemain nous quittons El Bolson sans regret et nous nous dirigeons vers Bariloche a 150 km plus au nord(station de ski en hiver et qui propse de nombreux trekks et autes activites en pleine air l’ete).Apres ces peripeties nous decidons de loger ds un hotel confortable et tres jolies afin de nous reposer en dormant dans des draps frais avec une bonne douche chaude. C’est qui nous faut pour retrouver la forme et le morale.  http://www.labolsadeldeporte.com.ar/  voici ladresse de l’hotel pour les curieux

  Nous nous autorisons tout de meme un petit trekk de 3 h avec Maud une quebecoise un peu fofolle qui nous fera bien rire et Lady une colombienne rencontrer a El Bolson. Nous serons donc encore une foin eblouis dvt ce fucking paysage………………..

12
Page Suivante »
|